Haut de page

Un podium d’étape et une 6e place à Barcelone pour les skippers Macif

C’était une étape de gros bras et cette 2e étape de la Generali Solo entre Nice et Barcelone n’a pas été une mince affaire pour les 22 figaristes engagés. Tandis que le départ de Nice s’effectuait dimanche dans les petits airs, les marins ont ensuite eu droit à une traversée musclée de la Méditerranée, avec des vents constants entre 26 et 30 nœuds. Bien parti de la Baie de Nice et très à l’aise dans ces conditions de brise, Yoann monte sur la 3e marche du podium d’étape derrière Vincent Biarnès et Xavier Macaire, et signe ainsi son 4e podium depuis le début de l’épreuve. Une heure après son arrivée, c’était au tour de Charlie de franchir la ligne en 6e position. Les deux skippers vont désormais profiter de deux jours de repos dans la cité catalane avant de participer vendredi au dernier Grand Prix de cette Generali Solo 2015. Yoann Richomme (Skipper Macif 2014) : troisième à Barcelone« C’était une belle étape. Je suis heureux d’avoir fini, parce ça va être compliqué pour ceux de derrière. J’ai déjà pris deux grains à 42 nœuds et ça doit encore forcir. Je suis content de ma troisième place, car ce n’était pas facile d’accrocher Sébastien (Simon). Il allait vite toute la journée d’hier, j’ai lutté pour rester au contact avec lui. En fait, j’ai profité d’un petit décalage après Minorque pour me mettre à son vent, et quand c’est rentré fort j’ai accéléré et je suis passé devant. Ça c’est joué à pas grand-chose. Ce fut une super étape, j’ai l’impression d’avoir fait trois étapes en une. C’est dingue. Sur le côtier, ce n’était pas terrible et puis nous avons passé la moitié de la nuit devant Nice. Je m’en suis bien sorti, j’étais content. Après je n’ai pas suivi Vincent (Biarnès), c’était une bêtise. Tant mieux pour lui, il a fait une belle navigation. C’est bien pour moi au général. Ça fait du bien ! Honnêtement ça m’aurait embêté de finir 4e. »Charlie Dalin (Skipper Macif 2015), sixième à Barcelone » Cette étape a commencé dans du vent inexistant et elle s’est terminée par du vent très fort. Au début à Nice, j’étais décalé à l’Est, et en fait ce sont ceux du large qui ont touché du vent en premier. A Odas, je n’étais pas très loin pourtant, à 1 mille, mais c’est parti par devant dans du vent fort. Il n’y avait aucun moment où l’on pouvait revenir. Ça allait vraiment vite puis après le passage de Minorque était super. La fin dans les orages était impressionnante. Il a eu un grain énorme, une pluie incroyable, des grosses rafales, c’était vraiment sport ! Sportivement, elle était frustrante pour moi, car c’est toujours parti par devant. Je pense que la Méditerranée ne doit pas trop m’aimer… «  Pour consulter le classement complet, cliquez-iciPour consulter les photos de l’arrivée, cliquez-ici

Partager l'article

18 février 2020

Les quatre premiers mois d’Erwan Le Draoulec dans la filière Skipper Macif

Dernier arrivé dans la famille Macif Course Au Large, Erwan Le Draoulec, 23 ans, prépare cette nouvelle saison avec le satut de Skipper Macif 2020....

Lire la suite

10 février 2020

Le portrait d’Erwan Le Draoulec (Skipper Macif 2020) !

« La valeur n’attend pas le nombre des années » pourrait-on dire d’Erwan Le Draoulec (Skipper Macif 2020) qui affiche une étonnante maturité du haut...

Lire la suite

29 janvier 2020

Programme Skipper Macif : lancement de la saison 2020

Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) et Erwan Le Draoulec (Skipper Macif 2020) sont à pied d’œuvre sur les pontons de Port-la-Forêt et préparent...

Lire la suite