Haut de page

Top départ pour le tandem Macif sur la première manche de la Sardinha Cup

Ce dimanche 6 juin à 16h00 sonnera le départ de la Sardinha Cup 2022. Face à 42 skippers et 21 bateaux concurrents, c’est autour d’une première manche de 565 milles que Erwan Le Draoulec (Skipper Macif 2020) et Loïs Berrehar (Skipper Macif 2022) vont faire valoir leurs expériences et complémentarité jusqu’au Portugal. Forts d’un bon début de saison qu’ils affichent fièrement avec une victoire en double sur le Trophée BPGO et un podium en solitaire sur la grande course de la Le Havre Allmer Cup, c’est désormais avec des ambitions de performance et de réussite que les skippers Macif s’apprêtent à s’élancer sur cette première étape en direction de Figueira Da Foz.

 

Des conditions météo complexes attendues

 

Aux termes des 565 milles du parcours, le dénouement final sera enfin connu. D’ici-là, difficile de faire un quelconque pronostic tant les conditions vont être changeantes entre la descente vers le Portugal et le passage au cap Finisterre avant la dernière portion de parcours le long des côtes portugaises. Malgré une météo estivale ce week-end à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, où les skippers Macif résident depuis vendredi, c’est sous une pluie battante que le départ sera lancé à 16h00 ce lundi, dans du vent soutenu.

Loïs Berrehar confirme : « Nous allons devoir aller chercher une bascule de vent au large sous 20 nœuds cet l’après-midi. Ce sont des conditions que nous aimons bien avec Erwan. Nous allons ensuite descendre au près, nous pensions monter dans le TGV Portugais mais il faudra attendre le cap Finisterre pour avoir du vent portant. Nous allons donc tricoter nos options face au vent mais nous ne sommes pas malheureux, nous allons vite au près et c’est le principal, il ne faut pas s’inquiéter. Dès demain matin, nous serons sous la pluie avec un front chaud. La première nuit sera humide, et malgré une accalmie le lendemain, l’humidité reviendra de nouveau avec un passage de front chaud la deuxième soirée. J’espère que nous ferons définitivement sécher nos cirés après le cap Finisterre, lorsque nous aurons une transition de vent. Nous glisserons ensuite sous Spi jusqu’à l’arrivée, c’est ça le plan ! ». Cette course dont le classement est établi aux points et non en temps comme La Solitaire du Figaro n’attend ainsi pas de ses vainqueurs qu’ils passent la ligne plusieurs heures avant leurs poursuivants, mais plutôt qu’ils choisissent la meilleure stratégie pour franchir la ligne ne serait-ce qu’une seconde avant le reste de la flotte. Une véritable épreuve d’endurance, donc. Avec un long parcours comme celui-ci et aucune communication possible avec l’extérieur jusqu’à l’arrivée, c’est de connaissance et de ruse dont les skippers Macif vont nécessiter pour conquérir Figueira Da Foz !

Erwan Le Draoulec ajoute : « C’est un parcours de la Sardinha Cup que je ne connais pas. L’année dernière, nous allions aux Scilly, cette année à la Corogne, cela n’a rien à voir. Dégolfer (sortir du Golfe de Gascogne), ce n’est pas une mince affaire. Ça s’annonce stratégiquement très intéressant. Il y aura des écarts à la pointe espagnole et nous espérons qu’ils seront en notre faveur. C’est une course aux points et non au temps, ce n’est donc pas forcément nécessaire de prendre une option risquée qui nous fera peut-être arriver en tête avec plusieurs heures d’avance, par exemple. Les passages de front vont montrer différentes stratégies entre les tandems. Ce qui va être important, c’est le dernier vent, celui que nous irons attraper au portant pour la dernière journée après le cap Finisterre, c’est là qu’il faudra être en tête. La route la plus courte jusqu’à la ligne d’arrivée serait la côte, mais ce n’est jamais facile de naviguer aussi proche des côtes avec tous les dévents que l’on peut rencontrer. Ce sont des côtes ou il y a beaucoup d’effets thermiques, il faudra être malin. Avec aucune quelconque donnée extérieure pendant la course, sous devrons réfléchir simplement et ouvrir les yeux. Les ministes disaient, quand nous traversions l’Atlantique sans météo : « si tu ne sais pas quoi faire, mieux vaut faire la route » !

 

 

Un binôme soudé et déterminé

 

Nul doute que le tandem Macif, après sa belle prestation sur le Trophée BPGO, n’a plus besoin de prouver sa complémentarité en mer. Forts de leurs expériences et de leurs entraînements avec le Pôle Finistère Course au Large en début de saison, ainsi que du regain de confiance apporté par leur podium sur la grande course de la Le Havre Allmer Cup la semaine dernière, c’est avec beaucoup d’énergie qu’ils s’apprêtent à prendre le départ des 565 milles de la première étape du parcours.

Erwan Le Draoulec indique : « La saison se passe très bien, l’équipe est au top ! Loïs fait un super début de saison avec la Macif. On a tous mis du temps à prendre nos marques lors de nos premières années avec ce sponsor, Loïs non et c’est super. On se connaît aussi très bien, ça facilite les choses, on a beaucoup navigué et on sait qu’on se complète sur quasiment tous les sujets. On ne se met pas de pression. La victoire du Trophée BPGO, c’est une case de cochée, et on retourne sur cette Sardinha Cup avec le même état d’esprit, l’envie de bien faire. On a tous les deux cette passion de la voile et de la course au large qui fait que le résultat a beaucoup d’importance, mais ce n’est pas tout. On souhaite savourer chaque instant que l’on va passer ensemble et qui est incroyable. On a vraiment la même façon de voir les choses. Tant que l’on prend du plaisir et qu’on a la réussite, il n’y a pas de raison que ça se passe mal. J’ai confiance en lui, en mon bateau et en toute l’équipe. »

Loïs Berrehar, également impatient de prendre le départ, ajoute : « Il y a 5 ans, quand on passait le cap Finisterre pour notre transatlantique, on n’était pas très bien placé malgré notre record de vitesse. Cette fois-ci, je préfère ne pas battre notre record mais arriver vainqueur de l’étape ! On va se concentrer sur le classement en priorité. On fait partie des favoris sur cette épreuve après la course des îles du Ponant et notre doublé sur la grande course de la Le Havre Allmer Cup. On a le niveau pour faire des podiums séparément et aussi ensemble. On est face à de supers binômes, c’est difficile de faire aujourd’hui des pronostics mais on ne veut pas se mettre de pression, on va naviguer comme on sait le faire et dans le bon paquet au maximum. On a envie d’arriver à Figueira Da Foz avec le sourire et en faisant un bon classement ! »

 

Partager l'article

19 juin 2022

Les Skippers Macif, 4e de la Sardinha Cup 2022

Le tandem Macif, fort de sa 3e place lors de la première étape, termine ce dimanche, 6e de la seconde et ultime manche de la Sardinha Cup. Au terme des 580...

Lire la suite

13 juin 2022

Sardinha Cup – Acte 2

Après une belle 3e place obtenue sur la première manche de la Sardinha Cup vendredi dernier, Erwan Le Draoulec (Skipper Macif 2020) et Loïs Berrehar...

Lire la suite

10 juin 2022

Hold Up des skippers Macif pour la 3è place sur la première manche de la Sardinha Cup

Erwan Le Draoulec (Skipper Macif 2020) et Loïs Berrehar (Skipper Macif 2022) ont réalisé un véritable hold up sur...

Lire la suite