Haut de page

Prochain défi pour les skippers Macif : la navigation en solitaire

Martin Le Pape et Pierre Quiroga ont vécu une quinzaine de jours riches en émotions et en enseignements. À bord des nouveaux Figaro Skipper Macif et en double, ils ont respectivement terminé 7ème et 13ème de la première épreuve du Championnat de France Élite de Course au large, la Sardinha Cup.  C’est désormais en solitaire que les deux skippers Macif vont disputer la prochaine course : la Solo Maître CoQ.

 

Des débuts prometteurs

La Sardinha Cup 2019 fut une bonne première épreuve de référence pour les deux skippers Macif, afin de se jauger face aux 34 autres bateaux. Martin Le Pape a notamment signé une belle 2ème place sur une étape d’anthologie dans le vent soutenu. Les deux navigateurs se tournent déjà vers la suite de leur calendrier sportif, qui se déroulera majoritairement en solitaire. « Le bilan est très positif » commence Pierre Quiroga, Skipper Macif 2019. « Yoann Richomme a été un super équipier pour progresser et me préparer en perspective de mes futures navigations en solitaire. J’ai beaucoup barré et manœuvré et nous avons fait de nombreux essais de voile. Nous avons surtout identifié les difficultés majeures pour naviguer de manière performante en solitaire. »

 

Les challenges de la navigation en solitaire

Cette première étape fut aussi l’occasion de mesurer les défis physiques et sportifs qui attendent les navigateurs lors de leurs prochaines échéances en solitaire. « Ce sont des navigations plus engagées qu’en Figaro 2 » expliquent les skippers Macif. « Le plan de pont est très bas, ce qui signifie que c’est souvent humide, balayé par les vagues, mais surtout que nous sommes très souvent à genoux. » Trouver le bon équilibre et se déplacer à bord demande donc beaucoup de concentration. « Nous sommes également soumis au bruit de la quille qui vibre et qui nous empêche de dormir. Tout cela est particulièrement fatiguant psychologiquement. »

La principale complication de ces navigations en solitaire se trouve aussi dans les nombreuses manœuvres énergivores à effectuer lors des changements de voile. « Nous avons une voile de plus à bord, ce qui signifie une manœuvre en plus en fonction de la force et de la direction du vent » continue Martin Le Pape, Skipper Macif 2017. « Par exemple, le grand spi mesure 125m² ; le hisser ou le ranger demande beaucoup de force mais aussi de la concentration pour éviter les erreurs. Toutes ces manœuvres sont très couteuses, notamment avec le spi asymétrique. Nous ne pouvons pas changer de voile sur le même bord en route directe car le bateau est toujours très gité. Nous devons donc adapter notre trajectoire en conséquence. Nous devons bien anticiper chaque manœuvre. Tels des skieurs en haut de la piste qui procède à l’imagerie mentale, nous répétons chaque manœuvre dans notre tête à l’avance. »

 

En quête constante d’optimisations au service de la performance de leurs nouveaux bateaux, les skippers doivent également gérer au mieux leurs choix de voile. La moindre oscillation de direction ou de force nécessite un changement de voile « mais ces manœuvres sont tellement physiques qu’il faut parfois accepter les pertes. Il faudra adapter la navigation à nos capacités physiques, c’est difficile de placer le curseur au bon endroit. Il faut changer de voile à plus ou moins 15° de différence, mais un hissé peut prendre 20 minutes ! C’est un doux mélange de paramètres à prendre en compte avant chaque décision » conclut Pierre.

 

Une équipe axée vers la performance

Les deux skippers Macif bénéficient d’un soutien de qualité pour apprendre et évoluer sur ces nouveaux bateaux. En complément des entraînements et formations prodigués par le Pôle Finistère Course au Large de Port-la-Forêt, Pierre et Martin sont conseillés par Sébastien Col, en charge de la performance au sein de l’équipe Macif Course Au Large. « C’est une incroyable valeur ajoutée pour le Programme Skipper Macif » explique Martin. « Nous échangeons beaucoup et son œil critique avisé nous permet de mieux appréhender la navigation en solitaire. Il est très exigeant, ce qui nous permet de progresser. Nous échangeons également beaucoup avec Pierre, notamment sur nos choix de voiles ou nos réglages. Cela permet d’améliorer de nombreux aspects techniques plus rapidement. »

 

Vers le rendez-vous majeur de la saison

Tandis que la première confrontation en solitaire se déroulera dans moins de 15 jours aux Sables d’Olonne sur la Solo Maître CoQ, tous les regards sont déjà rivés vers le rendez-vous majeur de la saison, la Solitaire URGO Le Figaro, dont le départ sera donné le 2 juin prochain à Nantes. « Elle parait proche et loin en même temps » confie Pierre Quiroga, qui y participera pour la 4ème fois. « Je ne vais pas me mettre de pression inutile. J’ai beaucoup moins de recul que les légendes de la voile française, qui reviennent pour cette édition. Je suis déjà content d’être présent au sein de cette flotte et je souhaite réussir à naviguer à leur contact tout en prenant du plaisir ! »

Ayant terminé 7ème au classement général de la Solitaire l’année dernière, Martin Le Pape souhaite quant à lui valider tout le travail effectué depuis plusieurs saisons sur le circuit. « C’est une opportunité unique de naviguer au contact des plus grands marins de la course au large au monde. Faire un résultat sur une étape et figurer dans le top 10 serait un réel aboutissement, important pour la suite de ma carrière ! »

 

 

 

Partager l'article

8 juillet 2019

Sélection Skipper Macif 2020 : qui sera le 10e Skipper Macif sélectionné ?

Présent depuis 2008 sur le circuit Figaro Bénéteau, la filière d’excellence Skipper Macif est un programme d’accompagnement sportif de haut niveau dans...

Lire la suite

4 juillet 2019

Vacances prolongées et programme modifié pour les skippers Macif

La Solitaire URGO Le Figaro terminée, après 4 semaines intenses de compétition, Martin Le Pape et Pierre Quiroga profitent de quelques jours de repos bien...

Lire la suite

28 juin 2019

Les skippers Macif dressent le bilan de la Solitaire URGO Le Figaro

Evènement majeur du calendrier Figaro Bénéteau, la Solitaire URGO Le Figaro 2019 s’est achevée hier à Dieppe. Avec plus de 14 jours de course depuis le...

Lire la suite