Haut de page

Pierre Quiroga, Skipper Macif 2019 : « Charlie réalise un parcours sans faute »

Ces derniers jours, Pierre Quiroga partage son temps entre deux activités : s’entraîner sur son Figaro Bénéteau 3 à Concarneau le jour et consulter la cartographie du Vendée Globe le soir. 33 skippers se sont élancés sur le tour du monde à la voile et parmi eux, il y a un marin que Pierre suit plus attentivement que les autres : Charlie Dalin, ancien Skipper Macif et désormais skipper de l’Imoca APIVIA.

As-tu déjà assisté à un départ ou une arrivée de Vendée Globe ?

« Cette année, j’aurais vraiment aimé assister au départ du Vendée Globe. Pour la première fois j’avais l’occasion de m’y rendre pour le commenter, mais confinement oblige, les organisateurs ont pris la décision de lancer un départ à huis clos. Les éditions précédentes, j’étais soit en train de m’entraîner en Figaro 2 ou mes précédents supports, soit dans le Sud chez moi. Je regardais donc le départ à la télévision, c’est beau mais toujours un peu frustrant parce qu’on voudrait être sur place pour vivre l’ambiance et les émotions de la course. »

Est-ce une course qui te fait rêver ?

« C’est une des plus belles grandes étapes dans la carrière d’un marin. Je n’en rêve pas forcément aujourd’hui parce que je ne me sens pas prêt à vivre une telle expérience. Pour le moment, je n’ai jamais passé plus de 6 ou 7 jours en mer sur une Douarnenez Horta donc il faut prendre les étapes les unes après les autres. Après, c’est certain que c’est une course qui me fera un jour envie. Je suis admiratif devant les marins qui partent pendant plus de 70 jours sur des bateaux vraiment incroyables ! La technologie est de plus en plus poussée et aboutie, les performances des derniers foilers sont impressionnantes. »

Suis-tu cette édition et plus particulièrement Charlie Dalin ?

« Oui bien-sûr, je regarde la cartographie de la course le matin et le soir généralement. Je m’imagine un peu à leur place donc parfois j’observe les cartes satellites ou je lance des petits routages pour voir quelle option j’aurais pris. Je l’ai fait notamment sur le Pot-au-Noir, c’est un bon exercice !
Il y a 4 ans j’avais participé à la course virtuelle, sur Virtual Regatta, mais cette année faute de temps, je ne me suis pas inscris.
Forcément, Charlie Dalin est un peu mon chouchou. D’une part parce que c’est un ancien Skipper Macif, et d’autres part parce que nous sommes hébergés dans les mêmes locaux. On se côtoie régulièrement, il y a un petit lien amical. Je lui ai envoyé un message avant le départ pour lui souhaiter bon courage et je prends de ses nouvelles auprès de ses proches de temps en temps. »

Que penses-tu de sa course jusqu’ici ?

« Sa course est fidèle à lui-même. C’est du « Charlie », on sent que tout est calculé comme il sait si bien le faire : il va où il veut, à la vitesse souhaitée. Tout est bien fait, c’est une course sans faute pour le moment. Le Vendée Globe est une course de longue haleine donc il ne faut pas prendre trop de risques. Je pense qu’il est satisfait de son début de course dans le trio de tête avec Alex Thomson et Thomas Ruyant. C’est un compétiteur né donc la position de chasseur qu’il avait la semaine passée ne lui faisait pas peur. Déjà en Figaro 2 il était redoutable dans cet exercice ! Être passé par la filière Skipper Macif est atout d’un point de vue de la technique mais surtout d’un point de vue mental ! Il faut vraiment être solide pour se battre dans l’axe de ces prédécesseurs et tout faire pour les rattraper. Et on voit bien que ça a porté ces fruits puisqu’il a réussi prendre les commandes de la course en ce début de semaine. Il est vraiment très fort et je pense que ça lui sourira en Imoca aussi. »

Où est Charlie ?

« Mon programme du week-end était de lancer quelques routages et de m’amuser à imaginer les conditions qu’il rencontre. Ce que je peux dire c’est qu’il est dans un passage un peu délicat. Charlie a longé les côtes Brésiliennes avec une route assez médiane par rapport à Alex et Thomas. Il négocie désormais l’anti-cyclone de Saint-Hélène, et se faufile dans un trou de souris ! Je pense qu’il devrait s’en sortir… A suivre ! »
Partager l'article

16 décembre 2020

Les vacances studieuses de Pierre Quiroga

L’année 2020 touche à sa fin ! Après des semaines d’entraînements intensives, les Figaro Bénéteau Skipper Macif sont désormais au sec dans leur...

Lire la suite

11 décembre 2020

[Vidéo] Bilan de la saison 2020 des skippers Macif

Des hauts, des bas... mais surtout une année très riche d'enseignements ! Nos skippers Macif sont déjà tournés vers les objectifs de la saison 2021.

Lire la suite

15 octobre 2020

« Des émotions partagées avec toute l’équipe Skipper Macif »

Pierre Quiroga a désormais pris ses marques au sein de la filière Skipper Macif. Sa cinquième année sur le circuit Figaro Bénéteau et sa deuxième sous...

Lire la suite