Haut de page

Pierre Quiroga : « Ne rien lâcher pour aller chercher la victoire ! » L’ultime bataille des skippers Macif contre le temps

Demain, à 16h00, sonnera l’heure du grand départ des 34 Figaro de La Solitaire du Figaro pour un dernier parcours de 685 milles en direction de Saint-Nazaire. Cette quatrième étape, qui conduira les skippers Macif à faire un aller-retour au Fastnet sera sans aucun doute la plus aléatoire de la course. Le départ, initialement prévu à 11h00, a été décalé hier par manque de vent pour assurer aux marins déjà marqués par les 3 premières étapes un temps d’attente minimal sur la ligne. Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) et Erwan Le Draoulec (Skipper Macif 2020) définissent cet ultime parcours comme imprévisible. La dernière occasion de creuser les écarts au classement général avant le bilan final à Saint-Nazaire.

 

Bilan sportif des skippers Macif à la veille de l’étape décisive

 

Le skipper Macif 2019 Pierre Quiroga terminait le 26 août sa première étape avec une belle 2e place à l’arrivée malgré 47 minutes de retard sur Xavier Macaire. À la veille de l’ultime parcours Baie de Morlaix – Saint-Nazaire, et fort de 2 victoires d’étapes supplémentaires, il franchira demain la ligne de départ avec 1h53 d’avance sur son concurrent direct au classement général provisoire. Un beau succès qui n’enlève pas l’humilité du méditerranéen, épuisé physiquement et mentalement :

« On est très fatigués. Le bilan matériel est bon, nous n’avons pas eu de grosse casse sur les bateaux. Les bonhommes vont forcément moins bien car la Solitaire est toujours plus longue que ce qu’on imagine. Les nuits ne nous permettent pas de récupérer autant qu’il le faudrait, on essaye donc d’optimiser nos moments de sommeil mais quand on arrive le jeudi comme sur cette dernière étape, c’est très court. On va devoir faire avec, c’est pour tout le monde pareil. Si je dois faire un bilan maintenant, c’est juste incroyable ce qu’il se passe. Je n’analyse pas tout de suite ce que j’ai produit sur les 3 premières étapes mais certains journalistes qui connaissent bien le circuit soulignent que rares sont les marins qui gagnent une Solitaire avec une 2e place et 2 victoires. Je suis pour l’instant sur mon petit nuage, j’espère que ça va continuer pour la dernière. Mais le nuage se dissout petit à petit, je n’ai plus beaucoup d’énergie et j’espère qu’il m’en restera assez pour flotter sur cette dernière étape. Je suis allé chez l’ostéopathe hier et physiquement, je souffre. J’arrive au bout mais il ne faut rien lâcher, tous les voyants sont au vert, la cerise est très proche ! »

 

Erwan Le Draoulec fait quant à lui valoir une Solitaire de « bon élève » : après une première arrivée à la 15e place à Lorient, il enchaîne avec une très belle 2e étape qu’il termine 8e, puis un remarquable parcours entre Fécamp et la baie de Morlaix qui lui a permis de creuser les écarts avec ses concurrents directs pour finir 13e, entouré des plus grands. « Pour l’instant, je fais mes étapes tel un bon élève. Je n’ai pas tenté de choses engagées, j’étais là pour réaliser une Solitaire dans le bon paquet et c’est ce que je fais. L’année dernière je n’avançais pas, qu’importe le risque que je prenais. Certaines options que nous avons pris avec Pierre cette année n’ont pas marché non plus. Lui continue d’y aller à fond, moi, j’ai un partenaire avec qui j’aimerais continuer l’année prochaine et je ne veux pas faire n’importe quoi. J’ai envie de montrer que je suis un figariste qui navigue au contact des plus expérimentés, et je le fais avec plaisir. Après 3 étapes, je peux déjà dire que c’est une très belle Solitaire. Je prends beaucoup plus de plaisir que l’année dernière, en vitesse notamment, ça va bien, et c’est un gros point positif. J’arrive à tenir les bons bateaux et à bien régler le mien, je progresse vraiment. Je suis encore parfois très conservateur, comme sur la dernière étape ou je flaire une option qu’Eric Peron finit par prendre et qui marche. J’étais déçu mais c’était mon objectif de ne prendre aucun risque inconsidéré. »

 

Une dernière étape imprévisible en perspective

 

Dès demain, les skippers Macif prendront ce dernier départ pour boucler la boucle à St-Nazaire, d’où est parti cette Solitaire en août dernier ! Une étape qui s’annonce difficile et qui risque à nouveau de creuser des écarts au général et chambouler le classement. Pierre Quiroga explique la situation : « Cette étape va être imprévisible. Elle s’annonce dure, aléatoire et longue, pas forcément idéale pour moi qui suis devant. Le parcours qui nous attend peut tout remettre en question, c’est du portant VMG à l’aller, également VMG retour, ce qui signifie de grands écarts latéraux et possiblement de grands écarts de vitesse. Il y a une dépression qui se creuse pile au moment de notre passage sur la zone du Fastnet, on touche une dorsale sur le retour vers la Bretagne, là où le vent devait normalement être stable. Il est encore trop tôt pour décompresser, je ne sais pas encore dans quel état d’esprit je vais partir demain. Aujourd’hui est consacré à la météo et à moi-même, j’y verrai beaucoup plus clair ce soir ».

 

Erwan Le Draoulec, qui souhaite réaliser une étape à l’image de son début de course, ajoute :

« L’idée sur cette dernière étape est de continuer à naviguer comme je le fais actuellement, ce n’est pas de se dire que je vais taper dans une grande buttée pour mettre 8h00 à Pierre Quiroga et gagner la Solitaire. Quoique…  Cette étape est tellement aléatoire qu’on ne sait jamais. Je rêve de finir cette Solitaire dans les 10-15 premiers. J’essaie de ne pas trop compter, ça ne m’aide pas, mais je veux faire la même que les 3 précédentes. C’est compliqué pour moi d’être à côté de Pierre qui est très en forme en ce moment, mais être là où je suis, c’est un rêve de gosse. Les coureurs autour de moi dans le classement sont des géants. Au classement général, mise à part Gaston Morvan (Bretagne CMB – Espoir) qui est jeune, les skippers du top 12 sont des légendes. Pierre a déjà 5 Solitaire à son actif, pour ma 2e participation, je ne pensais pas gagner mais j’espérais faire ce que je fais et c’est très bien. La météo du parcours qui arrive s’annonce très compliquée. J’avoue que les conditions de cette 4e étape ne me font pas rêver, il n’y a pas de bords de vitesse comme j’aime et qui font du bien au classement mais je vais faire au mieux. »

Retrouvez le dernier épisode de « Seuls contre tous », la mini-série dédiée à la Solitaire du Figaro :

 

Partager l'article

22 octobre 2021

Skipper MACIF 2022 – La semaine de sélection en détails

À partir de ce lundi 25 octobre, les quatre skippers sélectionnés début octobre seront attendus par le jury pour une semaine d’épreuves intensives au...

Lire la suite

5 octobre 2021

Loïs Berrehar, Robin Follin, Estelle Greck, Lucas Rual, Alexis Thomas : Qui sera le skipper Macif 2022 ?

Filière d’excellence et de performance dans le milieu de la Course au Large depuis 2008, le programme Skipper Macif...

Lire la suite

17 septembre 2021

Erwan Le Draoulec : « je me suis senti à ma place au contact de gars qui m’ont fait rêver au lycée »

Arrivée en 8e position à Saint-Nazaire, Erwan Le Draoulec conclut de fort jolie manière la 52e édition de la...

Lire la suite