Haut de page

La Solitaire du Figaro 2020 : Étape 4 – Yoann Richomme (Skipper Macif 2014) : « Le sprint final »

Avant chaque étape de La Solitaire du Figaro 2020, un ancien Skipper Macif analyse le parcours. Aujourd’hui, c’est Yoann Richomme (Skipper Macif 2014) qui nous décrit la quatrième et dernière étape : Saint-Nazaire – Saint-Nazaire via l’île d’Yeu.

Vendredi 18 septembre 18h30. Pierre Quiroga et* Erwan Le Draoulec prendront le départ de la dernière étape de La 51è Solitaire du Figaro qui s’achèvera par une boucle de Saint-Nazaire à Saint-Nazaire d’environ 200 milles qui passera par l’île d’Yeu. Une ultime étape au goût de sprint par excellence*.

 

 

Dans leur jardin

« La façade Atlantique et notamment le large de la Bretagne et des Pays de la Loire sont des zones de navigation très connues des marins. Ils ne se feront normalement pas surprendre par des effets de site et sauront éviter les quelques pièges sur leur chemin comme la sortie de la Loire. Du point de vue du parcours, les marins sont donc plutôt à égalité, ils sont tous bien rodés sur leur bateau en fin de saison. »

24h chrono

« Cela-dit, ce sprint de 24 heures est assez spécial puisqu’il s’agit de l’ultime étape de La Solitaire du Figaro. Cela signifie que Pierre et Erwan auront déjà trois étapes dans les jambes et qu’ils seront épuisés. Une course pareille mettra leurs nerfs à rude épreuve.
Le niveau de stress sera énorme pour tout le monde ! Pour les leaders, c’est une situation inconfortable car il faut réussir à contrôler ses adversaires pour maintenir son avance. Pour les outsiders, c’est leur dernière chance de signer une belle performance pour se refaire et espérer grappiller quelques minutes au classement. Et sur La Solitaire du Figaro chaque minute compte !
D’autant plus, que ce n’est pas parce que l’étape est courte qu’elle est plus simple. Au contraire ! Même sur des petits parcours, il est possible d’avoir de grands écarts sur la ligne d’arrivée.
Nous le voyons d’ailleurs très bien lors des entrainements du Pôle Finistère Course au Large où nous naviguons souvent à la journée en baie ou sur 24 heures.
Cela s’est également confirmé sur certaines Solitaire où malgré une course de 20 heures, les écarts sur la ligne atteignaient parfois une heure et demie. Ça promet donc d’être un beau finish !

Son conseil à Pierre Quiroga et Erwan Le Draoulec

« Profiter seulement d’une journée de repos avant de s’élancer sur la dernière étape, c’est raide ! Ceux qui auront la meilleure gestion du sommeil, seront ceux qui s’en sortiront le mieux sur ce sprint. Surtout si le scénario météo qui se présente est complexe…
Il faudra réussir à rester lucide et clairvoyant pour prendre les bonnes décisions, repérer les coups tactiques à jouer s’il y en a. Tout ça n’est pas simple quand nous sommes soumis à de grands niveaux de fatigue ! C’est, je pense, le paramètre crucial de cette finale. Rappelons qu’en plus, pour corser le jeu, les nuits sont très longues fin Septembre et que ça joue réellement sur le mental des troupes ! »

* Gagnez une navigation à bord de l’un des Figaro Skipper Macif en participant à notre jeu-concours !

Toutes les infos ici >>
Partager l'article

26 octobre 2020

Erwan Le Draoulec, Skipper Macif 2020 : « Une année très riche d’enseignements »

Il y a un an tout juste, le jeune Erwan Le Draoulec remportait la sélection Skipper Macif 2020 et embarquait dans la...

Lire la suite

15 octobre 2020

« Des émotions partagées avec toute l’équipe Skipper Macif »

Pierre Quiroga a désormais pris ses marques au sein de la filière Skipper Macif. Sa cinquième année sur le circuit...

Lire la suite

7 octobre 2020

Pierre Quiroga reconduit par le jury du programme Skipper Macif pour une troisième saison sur le circuit...

Le programme Skipper Macif, créé en 2008, est la filière d’accompagnement et de détection des jeunes talents de...

Lire la suite