Haut de page

La Solitaire du Figaro 2020 : Étape 3 (Dunkerque – Saint-Nazaire) Sébastien Col, responsable performance de la Filière Skipper Macif : « La Solitaire se joue à peu de choses »

Une troisième étape de la Solitaire du Figaro longue et compliquée pour les skippers Macif ! Aux avant-postes pendant la quasi-totalité de la course, Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) a buté sur une zone sans vent dans les derniers milles alors qu’Erwan Le Draoulec (Skipper Macif 2020) n’a pas été épargné par les algues sur la première moitié du parcours. Des skippers déçus, certes, mais qui peuvent tirer des enseignements positifs de cette étape marathon. Sébastien Col, régatier confirmé, ancien barreur sur la Coupe de l’América 2007 et surtout responsable performance* de la Filière Skipper Macif refait avec nous le match de la course.

Dans le bon tempo…

Le résultat de Pierre ne reflète pas la physionomie de sa course. Je lui ai envoyé un message hier soir pour lui remonter le moral. Je suis très satisfait de sa façon de naviguer sur cette troisième étape de La Solitaire du Figaro, sa 10è place ne reflète pas la qualité de son travail. Depuis Dunkerque, il a toujours été dans le paquet de tête et parfois même leader. C’était une étape très longue et les conditions se sont complexifiées aux abords de Belle Ile. Rappelons que les routages et bulletins ne sont pas accessibles pendant la course. Les concurrents se basent donc sur des prévisions datées de plusieurs jours et qui ont bien entendu le temps d’évoluer ! Malgré la longueur de l’épreuve et la fatigue des étapes précédentes, il est resté concentré et lucide. Il a fait le bon choix, mais un peu tard. Il ne pouvait rien y faire…

Sur la fin d’étape, il y a des considérations stratégiques pour atteindre la ligne mais également des considérations tactiques pour se placer par rapport aux concurrents. Les leaders (Yann Eliès et Pierre notamment) ont ouvert la voie aux autres skippers. Les poursuivants directs ont observé les conditions dans lesquelles naviguait la tête de la flotte et ont ainsi pu ajuster leur trajectoire en conséquence en évitant les zones de vents faibles. Fred Duthil (le vainqueur de l’étape ndlr) l’a d’ailleurs souligné « si j’avais été dans le premier paquet je n’aurais pas pris l’option que j’ai finalement choisie ».

 

Un petit Tour et puis s’en vont…

Si on fait l’analogie avec un Tour de France cycliste :

> c’est similaire dans le sens où les sportifs sont concentrés, fatigués chaque jour et que les places se jouent au temps.

> sauf qu’en voile, c’est un environnement avec davantage de facteurs à prendre en compte : la mer, les algues, le vent, les courants, la pluie et en plus, les informations sur les conditions sont inaccessibles… C’est comme si les cyclistes partaient sur une route inconnue dont le trajet changeait sans cesse, qu’on ajoutait des difficultés au fur et à mesure : des pavés, des gravillons, de la pluie, et il faut tenir encore et encore jusqu’à la ligne d’arrivée !

Les premiers pas d’Erwan sur La Solitaire

Cette Solitaire est plus compliquée pour Erwan mais il faut rappeler que c’est sa toute première participation ! Malgré son jeune âge, il possède déjà une solide expérience de la course au large grâce à ses années en Mini 6.50. On le voit d’ailleurs sur les longs bords au large où il s’en sort très bien. Il trouve son rythme ; ses transats lui ont prêté une aptitude à tenir dans la durée. En termes de vitesse pure, Pierre et Erwan ont beaucoup travaillé et progressé ensemble, ils sont sensiblement dans les mêmes niveaux de performance. Il y a de nombreux points positifs à souligner sur cette Solitaire qui vont nous servir de base pour préparer l’avenir. Les angles de transition, le jeu tactique de positionnement, l’anticipation… ce sont sur ces éléments que je vais lui proposer de travailler l’année prochaine. Erwan a la chance d’être très jeune, il apprend à vitesse grand V. Il n’avait jamais réellement navigué en Manche avant le début de la course et la crise sanitaire a chamboulé le programme de la saison, ça fait beaucoup de découvertes en une année ! Il est dans une confrontation à très haut niveau, face aux meilleurs marins de sa génération. C’est une excellente opportunité pour engranger de l’expérience et capitaliser par la suite sur tous les savoirs acquis sur cette Solitaire.

 

Le sprint final

La dernière étape, assez courte, ne bouleversera pas le classement selon moi, mais c’est l’occasion de grapiller quelques points au général ! Ce format est d’ailleurs celui de prédilection de Pierre, il sera certainement plus à l’aise pour tenter sa chance.

Et puis, il ne faut pas oublier qu’il y a encore une place à jouer pour le Championnat de France élite de Course au Large.

* Gagnez une navigation à bord de l’un des Figaro Skipper Macif en participant à notre jeu-concours !

Toutes les infos ici >>
Partager l'article

26 octobre 2020

Erwan Le Draoulec, Skipper Macif 2020 : « Une année très riche d’enseignements »

Il y a un an tout juste, le jeune Erwan Le Draoulec remportait la sélection Skipper Macif 2020 et embarquait dans la...

Lire la suite

15 octobre 2020

« Des émotions partagées avec toute l’équipe Skipper Macif »

Pierre Quiroga a désormais pris ses marques au sein de la filière Skipper Macif. Sa cinquième année sur le circuit...

Lire la suite

7 octobre 2020

Pierre Quiroga reconduit par le jury du programme Skipper Macif pour une troisième saison sur le circuit...

Le programme Skipper Macif, créé en 2008, est la filière d’accompagnement et de détection des jeunes talents de...

Lire la suite