Haut de page

François Gabart / Thomas Pesquet : deux explorateurs au Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace

Au cœur du Bourget et dans le cadre du Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace (du 17 au 23 juin 2019), le Paris Air Lab invitera les visiteurs à un voyage extraordinaire pour s’informer sur les enjeux de demain : changement climatique, intelligence artificielle, mobilité du futur… Premiers concernés, François Gabart et Thomas Pesquet nous donneront leurs regards croisés sur ces sujets lors d’un « Amazing meeting ».

Outre leur statut d’ingénieur, François Gabart et Thomas Pesquet ont également en commun le fait d’avoir réalisé le tour de la planète. Le premier sur l’Océan en 42 jours à bord du trimaran MACIF, le second dans l’espace en 1 heure et demie, dans la station spatiale internationale. Ces explorateurs des temps modernes repoussent les limites pour découvrir le monde. « On partage la même envie de se rendre là où personne n’est jamais allé » souligne Thomas Pesquet, qui était en orbite pendant 6 mois à 400 kilomètres de notre planète. Contrairement aux idées reçues, François Gabart était lui parfois bien plus éloigné de la terre que l’astronaute dans l’espace, notamment au « point Nemo » dans le Pacifique Sud se situant à plus de 2 700 kilomètres de l’île la plus proche.

Les domaines convergents entre la course au large et l’aéronautique se démultiplient : pilotage automatique, asservissement, simulateurs, mécanique des fluides…

Les liens entre navigations maritimes et aériennes ne s’arrêtent pas là. Dans les deux cas, explique le marin « Il s’agit d’utiliser des fluides pour avancer. C’est encore plus vrai avec la course au large où les domaines convergents avec l’aéronautique se démultiplient : pilotage automatique, asservissement, simulateurs, mécanique des fluides… ».

 

La voile est à une période charnière, estime-t-il, et vit « une véritable révolution technologique. Avec des appendices, qui s’appuient comme une aile d’avion dans l’air, nous, marins, on s’appuie dans l’eau. On s’affranchit de la trainée des coques sur la mer, on accélère et on vole. » Les échanges avec les industriels et les chercheurs de l’aéronautique et de l’aérospatiale sont dès lors « enrichissants et inspirants ». Plus encore, les deux univers se nourrissent l’un de l’autre et leur collaboration est nécessaire pour perpétuellement progresser et innover. « J’avoue être très intéressé par les checklists de l’aviation. Elle maîtrise tous nos codes et je m’en sers notamment pour les manœuvres, les départs. » poursuit le skipper du trimaran MACIF.

J’avoue être très intéressé par les checklists de l’aviation. Elle maîtrise tous nos codes et je m’en sers notamment pour les manœuvres, les départs…

Au-delà de la dimension technologique, cette rencontre est également l’opportunité pour le groupe Macif de rencontrer un nouveau public et d’échanger sur les défis de demain. Témoins, l’un dans le ciel, l’autre sur la mer, des problématiques environnementales, ils auront à cœur de partager leur engagement pour la préservation de la planète bleue.

 

Rendez-vous le vendredi 21 juin à 10h sur le Salon du Bourget pour assister à la conférence dans le cadre du Paris Air Lab.

Partager l'article

10 juin 2020

Le groupe Macif se retire du circuit Ultim

  Le groupe Macif recentre son engagement dans la course au large sur les circuits IMOCA et Figaro Bénéteau et se retire du circuit Ultim, en accord...

Lire la suite

8 juin 2020

La famille Macif Course au Large engagée en faveur de la protection des océans

Pratiquer la Course au Large avec le plus faible impact environnemental possible, c’est l’enjeu sur lequel...

Lire la suite

4 juin 2020

François Gabart, skipper du trimaran MACIF sur la scène virtuelle du Think Tank « We Love Green » !

Si l’édition 2020 du festival de musique We Love Green a été annulée sous sa forme physique, les journalistes du...

Lire la suite