Haut de page

Antoine Gautier : « La Route du Rhum a été un bon rappel à l’ordre. »

Il y a un peu plus de 5 mois à Pointe-à-Pitre, le trimaran MACIF franchissait la ligne d’arrivée de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, à la deuxième place, au terme d’un coude à coude exceptionnel avec Francis Joyon. Quelques heures avant ce dénouement, le grand public découvrait les avaries rencontrées par François Gabart pendant sa traversée de l’Atlantique. Mercredi après-midi, Antoine Gautier, Directeur des études du team trimaran MACIF, intervenait à la conférence Eurolarge Innovation pour évoquer les enseignements tirés par la Classe Ultim 32/23 après cette course éprouvante.

Sur les cinq trimarans Ultims au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2018, quatre ont rencontré de lourds problèmes : chavirage, rupture de bras de liaison, étrave arrachée… Ces avaries questionnent dès lors la fiabilité des bateaux de la classe Ultim 32/23. « Nous ne pouvons pas tirer de conclusion homogène sur les différentes avaries ayant eu lieu lors de la course », constate Antoine Gautier, Directeur du bureau d’études du trimaran MACIF. « Par ailleurs, on ne s’attendait pas à autant de difficultés après un tour du monde réussi… En cela, cette Route du Rhum a été un bon rappel à l’ordre ! » 

Pour finir en tête il faut prendre des risques, mais pas trop non plus car le plus important reste quand même de finir la course. 

En situation de course, les skippers n’hésitent pas à pousser leur machine dans leurs derniers retranchements pour prétendre à la victoire finale car, comme le précise Antoine, « pour finir en tête il faut prendre des risques, mais pas trop non plus car le plus important reste quand même de finir la course ! »

S’ajoute à cela le paramètre météo et les conditions particulièrement difficiles rencontrées sur cette édition. François Gabart, lui-même, avouait à l’arrivée à Pointe-à-Pitre « avoir connu plus d’avaries durant cette transatlantique que sur son tour du monde ». Recordman de ce dernier en solitaire, le trimaran MACIF était pourtant fiabilisé et affichait déjà à son compteur de nombreux milles. Toutefois et suite aux modifications effectuées la saison dernière pour que le bateau reste compétitif, « il n’avait depuis pas suffisamment été éprouvé dans des conditions extrêmes », selon Antoine Gautier.

 

En ce sens, la transatlantique s’est avérée « révélatrice des erreurs à ne plus reproduire ». La classe Ultim 32/23 mène donc aujourd’hui des discussions avec les différentes équipes afin de partager, comprendre et identifier les axes d’amélioration. Une chose est sûre pour Antoine : « La fiabilité est toujours en haut de la pile de notre cahier des charges lorsque nous pensons nos bateaux. »

 

Partager l'article

8 mai 2020

[Vidéo] La Famille Macif Course Au Large à domicile

"Où es-tu ? Que fais-tu ?" Les skippers de la Famille Macif Course Au Large vous donnent quelques nouvelles depuis la maison !  

Lire la suite

14 mars 2020

[Vidéo] Dernière remise à l’eau pour le trimaran MACIF actuel

Jeudi dernier, le trimaran MACIF actuel a été mis à l'eau pour la dernière fois à Lorient. Un moment important pour Pascal Bidégorry qui pourra compter...

Lire la suite

12 mars 2020

Le trimaran MACIF remis à l’eau, Pascal Bidégorry dans le grand bain

Ce jeudi 12 mars, le trimaran MACIF a été remis à l’eau après trois mois de chantier et quittera dès demain Lorient pour Port-la-Forêt. Pascal...

Lire la suite