Haut de page

Antoine Gautier, le pilote des défis techniques

Aux côtés de François Gabart depuis plus de huit ans, Antoine Gautier a vécu de l’intérieur l’ascension fulgurante du skipper du trimaran MACIF. Aujourd’hui Responsable du bureau d’études du multicoque, Antoine sera l’un des cinq équipiers à embarquer pour la .

Pour Antoine Gautier, la navigation est une histoire de famille. Petit-fils d’armateurs de pêche et neveu d’Alain Gautier, vainqueur du Vendée Globe 1992/1993, Antoine se laisse rapidement entrainer par l’appel du large. « J’ai toujours navigué en famille, que ce soit avec mon père ou mes grands-parents. Entre 8 et 15 ans, j’ai passé mes étés sur l’eau en Bretagne à faire des stages de voiles. »

 

La première fois que j’ai navigué avec François, c’était en 2005 lors d’un stage de trimaran Orma à Port-La-Forêt.

Après un diplôme dans une école d’architecture navale à Southampton en Angleterre et un passage dans l’écurie Banque Populaire, il rejoint François Gabart en 2011 sur le programme MACIF 60. Une connaissance de longue date : « la première fois que j’ai navigué avec François, c’était en 2005 lors d’un stage de trimaran Orma à Port-La-Forêt. C’était sympa, nous étions toute une bande de jeunes à naviguer sur un multicoque. » Depuis, Antoine Gautier et François Gabart ne se quittent plus. De la construction du 60 pieds à celle du trimaran de 30 mètres, Antoine a été de toute les victoires du skipper Macif : le Vendée Globe, la Transat Jacques Vabre, The Transat bakerly, The Bridge et le record du tour du monde en solitaire en hiver 2017…

 

© Alexis Courcoux / MACIF

Après avoir endossé le rôle d’équipier sur le trimaran MACIF lors de The Bridge (traversée de l’Atlantique vers New York), Antoine embarquera une nouvelle fois à l’occasion de la Rolex Fastnet Race. Un rôle qu’il prend particulièrement à cœur : « Je serai un équipier à part entière, en charge de tourner les manivelles, barrer le bateau, régler… Mon objectif sera de faire avancer le bateau le plus vite possible. Nous serons au cœur de l’action, ce qui nous permettra aussi d’évaluer le comportement du bateau à grande vitesse. »

 

Et pour Antoine, cette course sera aussi l’occasion de se confronter aux multicoques les plus rapides du moment. « L’intérêt de cette transat est de naviguer aux côtés des autres trimarans. C’est un excellent test pour la fiabilité, nous serons dans l’analyse et la recherche constante de la performance. ». La fiabilité est un sujet particulièrement cher à Antoine, notamment depuis la Route du Rhum – Destination Guadeloupe où la flotte des Ultims avait souffert de diverses avaries. Le chantier d’hiver du trimaran MACIF était d’ailleurs entièrement orienté vers cet objectif de fiabilisation.

 

 

A lire ou relire :
Guillaume Combescure, « Monsieur performance »

Gwénolé Gahinet, l’expérience au service de la performance

Jérémie Eloy, le « story-sailor »

Pascal Bidégorry, la passion du multicoque

Partager l'article

6 août 2019

[VIDEO] Rolex Fastnet Race : la course à bord du trimaran MACIF

Embarquez à bord du trimaran MACIF pour revivre les émotions de François Gabart et son équipage sur la première course de la saison !  

Lire la suite

4 août 2019

Le trimaran MACIF deuxième de la Rolex Fastnet Race (Catégorie Ultim)

En coupant la ligne d’arrivée à Plymouth à 17h33 (heure française) ce dimanche, le trimaran MACIF termine deuxième de la Rolex Fastnet Race. Partis...

Lire la suite

4 août 2019

[VIDEO] Le départ de la Rolex Fastnet Race au plus près du trimaran MACIF

Embarquez à bord du trimaran MACIF pour revivre le départ de la Rolex Fastnet Race.  

Lire la suite