Haut de page

Le trimaran MACIF à la pointe de la technologie

L’important chantier d’optimisation du trimaran MACIF débuté en janvier est également l’occasion de petits aménagements pour le multicoque de François Gabart. Au-delà des modifications structurelles conséquentes sur les appendices, le bureau d’études de MerConcept mène en parallèle une réflexion sur l’installation de penons électroniques sur les voiles. Un travail conduit en étroite collaboration avec Dimitri Voisin, responsable Recherche & Développement chez MerAgitée, l’écurie course au large de Michel Desjoyeaux.

 

Un penon, kesako ? Il s’agit d’un bout de tissu placé sur les voiles et qui permet au skipper d’obtenir des informations sur l’état de l’écoulement du vent sur les voiles. En d’autres termes, pour François Gabart sur le trimaran MACIF, cet outil reste le moyen le plus efficace pour régler sa voilure. Un dispositif indispensable sur les bateaux de course au large, comme le souligne Dimitri Voisin, responsable R&D chez Mer Agitée. « Le penon existe depuis 300 ans ! L’air étant invisible, il faut des traceurs pour vérifier le bon écoulement du vent dans la voile. Mais dans certaines conditions de navigation, comme lorsqu’il fait nuit noire ou lorsqu’il y a de la brume, la difficulté d’avoir les informations s’accroît. »

L’idée est de placer un petit capteur directement sur la voile pour avoir les informations en temps réel depuis le cockpit et optimiser les réglages dans un souci de performance. 

S’appuyant sur ce constat, Dimitri propose donc de remplacer les traditionnels bouts de tissu par des capteurs électroniques reliés à l’ordinateur de bord du skipper. Un système qui sera testé sur le trimaran MACIF dès sa remise à l’eau. « L’idée est de placer un petit capteur directement sur la voile pour avoir les informations en temps réel depuis le cockpit et optimiser les réglages dans un souci de performance. »

 

Mais pour l’équipe technique de François Gabart, l’intérêt de cette nouvelle technologie ne s’arrête pas là. « Nous pourrons analyser les données après chaque navigation afin d’étudier les différentes configurations de voiles en corrélation avec les performances du bateau » précise Guillaume Combescure, en charge de la performance. L’information numérique augmente ainsi le cercle des possibilités via le traitement et l’analyse des données. Des informations qui pourront, à terme, également être exploitées dans la conception et le design de nouvelles voiles, ou encore être connectées directement au pilote automatique…

 

Si ces penons électroniques ont été éprouvés par certains monocoques lors du dernier Vendée Globe, il s’agira en revanche d’une grande première pour un trimaran de course au large.

 

A lire ou relire

Tous tournés vers la performance !

Le trimaran MACIF prêt à prendre son envol

Partager l'article

11 février 2019

Le trophée Antoine de Saint-Exupéry remis à François Gabart !

Le record du tour du monde à la voile en solitaire porte désormais le nom du célèbre écrivain-aviateur et devient le Trophée Antoine de Saint-Exupéry....

Lire la suite

24 janvier 2019

Défi « fiabilisation » pour le chantier d’hiver du trimaran MACIF

L’arrivée de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe digérée et le trimaran MACIF rentré à bon port il y a une dizaine de jours à Lorient,...

Lire la suite

15 janvier 2019

Le trimaran MACIF à bon port à Lorient !

Le trimaran MACIF est rentré en Bretagne par cargo afin de préserver au mieux sa plateforme suite aux avaries sur la Route du Rhum - Destination Guadeloupe....

Lire la suite