Haut de page

Tour du monde en solitaire : de l’importance de la météo

Alors que le début du stand-by du tour du monde en solitaire n’est plus qu’une question de jours, François Gabart est d’ores et déjà plongé dans l’analyse de la situation météo avec la cellule de routage dirigée par Jean-Yves Bernot. Celui que l’on surnomme « le Sorcier » a établi depuis maintenant deux ans une totale relation de confiance avec le skipper du trimaran MACIF et son équipe.

 

C’est ce dimanche que débutera officiellement le stand-by de François Gabart et de toute l’équipe en vue de sa tentative de tour du monde en solitaire. Le skipper est prêt, le trimaran MACIF aussi, reste désormais à choisir le bon moment pour partir, ce qui signifie saisir la fenêtre météo idéale pour lancer le défi sur de bonnes bases. « Aujourd’hui, une fenêtre météo s’envisage à peu près jusqu’à l’équateur. Ce que l’on cherche en premier, c’est un bon temps jusqu’à l’hémisphère Sud. Au moment de partir, nous avons évidemment une petite idée sur ce qui nous attend au niveau de la transition entre l’Atlantique Nord et les dépressions de l’Atlantique Sud, mais cela reste très aléatoire, il faut croiser les doigts pour que l’enchaînement se passe bien derrière », explique François Gabart.

 

Pour l’aider dans son analyse météo, tant sur le choix du jour du départ que pour les choix stratégiques tout au long du parcours, le skipper du trimaran MACIF pourra compter sur l’expertise de son routeur Jean-Yves Bernot. « Je connais Jean-Yves depuis mes débuts en course au large en Figaro, mais déjà, lorsque je faisais de l’Optimist, je lisais et relisais ses bouquins ! Au-delà de son expérience et de sa compétence qui sont indiscutables, c’est quelqu’un de très pédagogue, capable d’expliquer simplement des choses compliquées. » Aux côtés du skipper de MACIF lors de ses victoires sur la Transat Jacques Vabre 2015 et The Transat bakerly en 2016, les deux hommes ont noué une véritable relation de confiance. « Elle est totale et indispensable, parce que ce sera sans doute la personne avec laquelle je vais le plus échanger pendant le tour du monde, Jean-Yves sera mon équipier, mon alter ego à terre », confirme François.

 

Pour compléter la cellule routage, Jean-Yves Bernot sera entouré de Julien Villion, qui travaille avec lui depuis plusieurs années, mais également de trois membres de l’équipe Macif, Antoine Gautier, Guillaume Combescure et Emilien Lavigne.  « L’idée est de s’appuyer sur l’expertise de Jean-Yves en routage, mais également sur des personnes ayant une bonne connaissance du trimaran MACIF. Antoine, Guillaume et Emilien travaillent sur le bateau toute l’année, les deux premiers ont participé à The Bridge, ils sont à même de fournir des informations précieuses à Jean-Yves et Julien sur la façon de le mener dans telles ou telles conditions. C’est aussi la raison pour laquelle ces derniers ont beaucoup navigué à mes côtés lors de sorties d’entraînement. C’était important qu’ils prennent bien la mesure du bateau, qu’ils voient son comportement dans du vent, dans pas de vent, le jour, la nuit… »

 

Dès ce dimanche, la cellule météo sera donc mobilisée, avec pour seul objectif de proposer à François Gabart les meilleures trajectoires possibles pour battre le record, porté à 49 jours 3 heures 4 minutes et 28 secondes par Thomas Coville en décembre 2016.

Partager l'article
  • Facebook
  • Facebook

24 novembre 2017

Tour du monde en solitaire : Un vendredi chargé !

Quelle journée ! Un vendredi chargé: de fortes conditions météo au passage du Cap Leeuwin et réparation du dessalinisateur !  

Lire la suite

24 novembre 2017

Tour du monde en solitaire : Mode bricoleur activé, réparation du dessalinisateur

Opération bricolage réussie ! Le filtre du dessalinisateur a été changé avec succès ! Explications en images par...

Lire la suite

24 novembre 2017

Frimas antarctiques

Alors que François Gabart s’est octroyé la nuit dernière un nouveau temps de référence en solitaire entre...

Lire la suite