Haut de page

Pot d’échappement

Il aura donc fallu un peu moins de six jours pour que François Gabart franchisse l’équateur depuis son départ devant Ouessant samedi. Et même si le trimaran MACIF concède quelques heures vis à vis du temps de référence établi par Thomas Coville, la configuration météorologique de l’hémisphère Sud apparaît très favorable pour la suite de ce tour du monde en solitaire… 

 

Faire le tour de la planète par la mer reste un défi humain exceptionnel et tenter de battre un record, une longue quête marquée par une succession de hauts et de bas, une sinusoïde mentale inverse : quand l’état de la mer s’apaise, il n’est pas aisé de conserver son calme lorsque les milles défilent à l’envers… Mais avant même son départ de Ouessant, François Gabart savait que le challenge pour atteindre l’équateur en moins de six jours était de haut vol et améliorer le temps de son prédécesseur (5j 17h 11’ 52’’), un Graal.

 

 

Un Pot pourri

 

Car voir son avance accumulée grâce à une détermination sans faille lors des premiers jours de mer où MACIF frisait les 45 nœuds en pointe et les trente nœuds de moyenne jusqu’aux Canaries, n’est pas une sinécure… Posséder près de 120 milles à l’entrée du Pot-au-Noir et se retrouver avec 140 milles de débours au passage de l’équateur à peine deux jours plus tard n’est jamais réjouissant ! La Zone de Convergence Inter Tropicale (ZCIT) que François Gabart a dû traverser en plus d’une journée n’a clairement pas été favorable, surtout que pour s’en extraire, le solitaire a dû réaliser une parabole vers l’Ouest qui l’a fait frôler la longitude 34° Ouest dans une position moins favorable pour déborder ensuite les côtes brésiliennes.

 

En comparaison, Thomas Coville avait pu avaler ce Pot-au-Noir quasiment sans ralentir et en sortant sur le trentième, soit près de 200 milles plus à l’Est… « Nous nous étions dit que si nous avions une météo qui pouvait nous permettre de descendre à l’équateur en six jours, il fallait partir. Il y a quand même un peu de déception de ne pas battre le record… » indiquait François Gabart jeudi. Pour autant, le différentiel en latitude n’est que d’une soixantaine de milles et le trimaran allonge de nouveau la foulée à plus de vingt nœuds de moyenne.

 

Accrocher la dépression argentine

 

Désormais, le challenge est devant les étraves : François Gabart va devoir grignoter les milles pour passer à plus de soixante milles des rives de Recife afin de ne pas se retrouver dans la zone tampon due à la percussion des alizés d’Est sur le relief brésilien. Une configuration qui l’oblige à maintenir un cap un peu plus Sud-Est dans une brise désormais stabilisée au secteur Est. Mais d’ici 24 heures, le trimaran pourra commencer à libérer les écoutes dans un vent qui va progressivement s’orienter au Nord-Est devant Salvador de Bahia, puis franchement se renforcer en prenant une composante Nord à l’approche du cap Frio : une dépression est en cours de formation au large de l’Argentine !

 

C’est ce phénomène météo qui peut en quelques heures totalement inverser la tendance car il devrait glisser ensuite vers les Quarantièmes Rugissants en repoussant l’anticyclone de Sainte-Hélène. En naviguant sur le dos de cette dépression dans deux jours, François Gabart peut très rapidement entrer dans les mers du Sud et franchir la longitude du cap de Bonne-Espérance en moins de deux semaines, ce qui serait alors une superbe entame pour aborder l’océan Indien, puis le Pacifique. Et cette fois avec une avance de plus d’une demie journée sur le temps de référence !

 

Temps de passage à l’équateur

François Gabart / trimaran MACIF : 5 jours 20h 45 min, soit 3h34 de retard sur le temps de référence

Partager l'article
  • Facebook
  • Facebook

24 novembre 2017

Tour du monde en solitaire : Un vendredi chargé !

Quelle journée ! Un vendredi chargé: de fortes conditions météo au passage du Cap Leeuwin et réparation du dessalinisateur !  

Lire la suite

24 novembre 2017

Tour du monde en solitaire : Mode bricoleur activé, réparation du dessalinisateur

Opération bricolage réussie ! Le filtre du dessalinisateur a été changé avec succès ! Explications en images par...

Lire la suite

24 novembre 2017

Frimas antarctiques

Alors que François Gabart s’est octroyé la nuit dernière un nouveau temps de référence en solitaire entre...

Lire la suite